Muzz
Muzz

Muzz – Muzz

Sorti le 06 juin chez Matador

Alors, super groupe ou pas super groupe ? La question est vaste dès lors qu’un membre reconnu d’un groupe à forte notoriété s’évade sur un autre projet avec d’autres musiciens du même profil.

En l’occurence c’est de l’escapade de Paul Banks, chanteur d’Interpol, qu’il s’agit. Mais la comparaison avec les super groupes s’arrête ici car les deux comparses qui l’accompagnent ne sont pas des stars. En effet Matt Barrick et Josh Kaufman, s’ils sont de très bons musiciens ne sont pas des habitués des premières pages. En fait, Banks et Kaufman se connaissent depuis leur plus tendre enfance en Espagne et ont rencontré Barrick à leur arrivée à New York.

Cette complicité se ressent dans l’ambiance apaisée qui ressort de cet album où les balades sont nombreuses et pour certaines, très réussies. La voix de Banks semble maintenant parfaitement prête pour ce genre d’exercice et le plaisir qu’il éprouve à s’y prêter transparait tout au long des titres. Ok, tous ne sont pas inoubliables mais impossible de ne pas se laisser emporter par « Bad Feeling« , « Red Western Sky« , « Knuckleduster » ou « How Many Days« . A la vérité ce projet semble être rempli de sincérité et par les temps qui courent dans l’industrie musicale, ce n’est pas là une qualité très courue.

Muzz se laisse écouter, les yeux fermés ou sur une route de vacances, comme un moment léger et vaporeux.