Marthe a sûrement signé l’un des albums les plus marquants de cette année 2023 en sortant son disque « Further In Evil ». Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Marzia, artiste seule à la tête de ce projet qui est bien plus qu’un simple hommage à la musique épique de la vague « viking metal » des années 90.

Avant d’aborder ton dernier album “Further In Evil”, qui sonne très “métal”, peux-tu nous parler de tes origines/racines punk ?

Le punk est ce à quoi je m’identifie encore puisque c’est comme ça que je suis et que j’ai grandi. J’ai eu ma première rencontre avec la musique mainstream métal à l’âge de 12/13 ans, mais quand j’ai découvert des groupes punk qui avaient un message politique plus fort, j’ai pensé que cela m’attirait plus que tout ce qui était basé sur Satan ou le nihilisme.
Ce qui m’a motivé à m’impliquer davantage, c’est l’approche du DIY (Do It Yourself) : faire les choses sans délégation, apprendre et faire en premier lieu, autoproduction, relations horizontales, squattage et genre, prise en charge et égalité du sexe ou des minorités. C’est pourquoi j’ai toujours aimé le métal, mais j’ai joué dans la communauté diy/punk presque toute ma vie. Cela reflétait mes croyances et mes idéaux plus que toute autre chose.
Une autre approche était le débouché musical immédiat que le punk pouvait offrir, qui ne nécessitait pas de longs cours de musique pour devenir un pro, mais promouvait plutôt l’idée de choisir un instrument et de commencer à s’exprimer même sans compétences spécifiques.
Le dernier point positif était l’attitude politique, le rassemblement pour les bonnes causes et le soutien mutuel. Le punk est la scène avec laquelle je me sens le plus à l’aise. J’ai aussi assisté à de nombreux concerts de métal dans ma vie, j’ai beaucoup de métalleux comme amis et je passe un moment agréable maintenant avec Marthe, découvrant plein de gens sympas dans la scène métal aussi, faisant des festivals et en gros, gardant l’esprit vivant. C’est un nouveau voyage plus immersif pour moi et c’est cool d’avoir encore quelque chose à explorer plus profondément, je suis curieuse et avide de tout ce que je trouve intéressant.

Comment as-tu eu l’idée de monter ce projet solo qu’est Marthe ?

Cela s’est produit à une époque de ma vie où je voulais plus de moments d’introspection pour moi-même. À l’époque, je ne jouais que du dbeat crust punk et les sons étaient sympas, mais les paroles n’étaient pratiquement que politiques, donc je voulais pouvoir explorer davantage ce que mon moi intérieur avait à dire. Je n’ai pas trouvé le temps de monter un autre « vrai » groupe, ni de trouver les personnes qui pourraient être idéales pour un groupe plus orienté que ce que je faisais déjà, alors j’ai décidé d’utiliser du matériel que j’avais acheté et commencé à composer seule. C’était tellement cool de verrouiller la porte et de prendre du temps pour moi que je n’ai jamais arrêté depuis. Je dis toujours que c’est plus une thérapie qu’une simple musique.

Depuis tes premiers titres avec “Sisters Of Darkness” en 2019 jusqu’à “Further In Evil”, tu as développé un style musical très riche et assez pointu, très inspiré du black-metal nordique épique tel que Bathory avec “Hammerheart” et ce mouvement “viking metal”.
Est-ce que cet univers, ainsi que la musique de Bathory sont pour toi une réelle source d’inspiration, et / ou as-tu d’autres artistes / univers qui t’ont marqué artistiquement et esthétiquement parlant ?

Bathory est mon groupe et artiste préféré car les chansons ont un effet profond sur mon humeur. Je ne sais pas comment il a réussi cela ou ce qu’il y a de si parfait dans cette musique pour m’émouvoir mais certaines chansons arrivent même à faire bouger mon réseau sanguin. Je n’ai même jamais osé dire que je m’en inspirais parce que je rends hommage au génie musical qu’était Quorthon, mais je voulais bien sûr faire quelque chose qui puisse évoquer les mêmes ambiances puisque je suis une grande fan. Les gens disent que Marthe a des vibrations similaires et je prends cela comme un grand compliment, mais cela a été une surprise pour moi aussi. J’ai tellement écouté Bathory que je suppose que cela est ancré dans mon subconscient lorsque j’écris de la musique. Bathory est unique : j’aime le black métal dépressif, j’aime beaucoup le black métal (pas tous, seulement les classiques) et le doom, mais personne, à ma connaissance, n’a réussi ce mélange parfait de tous ces éléments extrêmes comme l’a fait Quorthon. Je pense que Marthe a respiré tout cet univers sonore comme tu le dis, et c’est la principale influence qui m’inspire.
J’appelle ça des paysages sonores mais oui, c’est un univers musical que j’ai traversé et dont je rapporte des cadeaux pour l’album. C’est pourquoi je dis que Marthe fait du « métal valkyrien », parce que je veux évoquer la puissance de ces mélodies épiques et sinistres que j’aime. D’autres de mes inspirations sont aussi My Dying Bride et Tiamat, tout ce qui est triste et déprimant. D’ailleurs, je n’ai jamais considéré faire quelque chose de « nouveau » et je suis consciente que je n’invente rien qui n’ait déjà été fait. Je suis honnête avec moi-même et je n’attends rien de plus que les gens apprécient ma musique. C’est tout.

J’ai tellement écouté Bathory que je suppose que cela est ancré dans mon subconscient lorsque j’écris de la musique (…)
Je pense que Marthe a respiré tout cet univers sonore comme tu le dis, et c’est la principale influence qui m’inspire.

Pour nos lecteurs qui ne le sauraient pas encore, Marthe est un projet que tu mènes seule, de la composition à l’enregistrement de chaque instrument.
Y a-t-il une raison à ce choix d’être seule ? As-tu songé à monter un groupe à un moment ou à un autre (pour le projet Marthe) ?

J’ai choisi d’être seule par hasard et j’ai aimé ça. C’est un moment très cathartique pour moi et c’est incroyable que j’aie pu y arriver. À la fin du processus, je me dis toujours « wooooo, est-ce que j’ai vraiment fait cette chanson ??? Ça a l’air si bon, super travail ! » hahah ! Être seule, c’est aussi des moments schizophrènes (sourire).
Marthe sera toujours un projet solo, mais j’envisage un line up live.

Es-tu également seule pour la production des titres ?

Oui, je suis également seule pour produire mes titres.

Combien de temps as-tu mis à composer/enregistrer ce dernier album ?

Il m’a fallu de mars 2022 à janvier 2023, à peu près. Le premier single « Victimized » est sorti avril 2022 et deux démos étaient alors également prêtes. La plus grande partie a été faite pendant l’été puisque je ne travaille pas (je suis enseignante donc les vacances scolaires sont mes moments de composition préférés) et je n’avais pas prévu de tournée avec mon autre groupe Horror Vacui donc j’avais pas mal de temps libre.
Je prends habituellement un mois pour une chanson, j’écris et j’enregistre les démos le week-end et pendant mes temps libres. Ma routine est très serrée à cause de mon travail, qui me prend entre 8 et 10 heures par jour. Il est donc difficile de préserver l’équilibre entre vie privée et artistique.

Est-ce qu’être seule à la tête d’un projet comme Marthe est quelque chose de simple à gérer, ou as-tu eu des moments où tu aurais apprécié d’être accompagnée ?

Je suis une personne solitaire, disons extravertie et introvertie, donc j’apprécie beaucoup le temps que j’ai pour moi car cela arrive rarement. Quand je sentais que j’étais en manque d’inspiration, je laissais le projet de côté quelques jours, je prenais du temps, j’allais à la mer ou en randonnée, puis j’y revenais et les idées étaient plus claires. En fait, je ne l’ai jamais fait écouter à personne jusqu’à ce qu’il soit envoyé à la presse ! 🙂

Tu as récemment signé chez Southern Lord. Qu’est-ce que cela fait de passer du DIY total et de voir son disque sortir sur un label aussi emblématique ?

C’était totalement inattendu. Je leur ai envoyé mon dernier single via leur page Web et je ne m’attendais jamais à recevoir de réponse, mais c’est arrivé.
J’ai sorti le premier disque avec le Agipunk qui est pour moi le meilleur label punk/hc, mais il (Koppa/Agipunk) m’a suggéré d’essayer un label plus orienté métal pour le prochain disque. J’ai recherché sur Google des labels de métal qui acceptent les démos et j’ai choisi Southern Lord, que j’ai vraiment adoré, puis j’ai cliqué sur « envoyer ».
La première chose géniale a été d’être recontactée, cela aussi a été totalement « DIY » parce que je n’ai jamais eu de rencontre virtuelle ou réelle avec eux, je pensais que nous étions dans des univers totalement parallèles qui ne pourraient jamais entrer en collision, alors que maintenant c’est une chose réelle.
J’ai totalement apprécié leur approche car ils ont été super sympas en s’intéressant à un projet solo italien qui ne se produit pas en live. C’est une preuve évidente de la passion avant tout.
L’aspect humain est la qualité première quand on sort un disque avec eux.
J’ai rencontré et j’ai eu le plaisir de communiquer avec un groupe de professionnels tellement cool mais aussi de personnes humainement extraordinaires.
J’apprends beaucoup d’eux et je suis honorée de faire partie de la famille. Cela fait toujours bizarre que mon « petit » projet soit allé si loin, qu’il ait une couverture plus large dans le monde entier et que davantage de personnes s’y soient intéressées.
Je tiens également à dire qu’ils m’ont laissé libre durant tout le processus de création, donc la liberté et l’autogestion de Marthe ont été les mêmes que celles auxquelles j’étais habituée avant que nous prenions contact. J’ai reçu des soins et un respect à 100%, je serai éternellement reconnaissante pour leur confiance et cette possibilité.

Profitons-en pour parler rapidement de la sortie des titres “The Eye of Destiny” et “Wisps of the Black Serpent” que tu as composé aux côtés de The Lord aka Greg Anderson, membre du légendaire Sunn O))).
Comment est venue l’idée d’une telle collaboration, et comment avez-vous concrètement travaillé ensemble ?

Au niveau idées et inspirations, Greg (Anderson) est un puits sans fond. Il est toujours très prolifique et il émane une telle passion pour tous ses projets.
Lorsqu’il m’a proposé de faire partie du projet, il m’a fait part d’une chanson qu’il voulait voir comme un hommage à Quorthon et j’étais aux anges d’être choisie pour y participer, car comme je l’ai dit plus haut, je suis une grande admiratrice. L’idée était iconique et j’ai dû trouver des mots que je n’osais pas écrire, comme une sorte d’hommage. Que lui dire ? Donc, après un briefing rapide, j’ai fait les paroles en faisant un « caviardage » de toutes les paroles de Bathory et cela s’est avéré être un thème très passionné sur le personnage et (pour moi), le mythe. Le titre vient d’une lettre que Quorthon a écrite à un correspondant/ami et c’était une image évocatrice pour moi, une sorte de mémorial de l’héritage. La deuxième chanson était plus libre de thème, je me suis donc creusée la tête et j’ai imaginé une sorte d’excursion dans un paysage désertique. J’ai visité l’Islande récemment et j’avais donc quelques images en tête. J’aime le fait que tout le chant soit improvisé, j’étais donc très heureuse et enthousiaste pendant l’enregistrement. J’ai composé les voix, les synthés et les paysages sonores, puis je les ai envoyés par-delà l’océan jusqu’à lui, à l’autre bout du monde. J’adore les temps modernes !

Au niveau idées et inspirations, Greg (Anderson) est un puits sans fond. Il est toujours très prolifique et il émane une telle passion pour tous ses projets.

Penses-tu un jour te produire sur scène avec Marthe ?

Oui, probablement, il y a beaucoup de demandes mais cela prendra du temps. Je suis batteuse, je dois d’abord m’adapter à la position de chanteuse (psychologiquement haha) puis apprendre à gérer ma voix pour pouvoir jouer de la meilleure façon possible. Enseigner des chansons à d’autres personnes demandera également du temps, nous verrons bien…

Maintenant que tu as sorti ton dernier album, travaillé avec The Lord, quels sont tes prochains projets ?

J’ai hâte d’attaquer le prochain album, j’ai un million d’idées. Donc les prochaines étapes seront de faire quelque chose qui mérite la confiance des fans de Marthe et qui les rendra heureux, c’est tout ce qui compte pour moi.
La communauté de Bandcamp et des médias sociaux ont été géniales ! J’ai reçu un soutien constant, je veux constamment fournir de la bonne musique, et être en contact avec eux, autant que possible (n’hésitez pas à m’écrire des DMs ou des mails, j’adore ça !)

Merci beaucoup d’avoir pris le temps pour nous répondre, veux-tu ajouter quelque chose pour conclure ?

Merci à tous pour votre intérêt et votre soutien, cela signifie beaucoup pour moi. Cela fait du bien de recevoir du soutien et de voir que la scène est si saine avec tant de groupes incroyables.
Je dis toujours « Soutenez aujourd’hui / Souvenez-vous demain » parce que bien souvent, les gloires passées comptent plus que les groupes actuels, mais j’envoie un câlin virtuel à tous ceux qui partagent de la musique, font des playlists, des interviews, sortent de la musique, interagissent et soutiennent les groupes, vous faites la scène et maintenez la flamme en vie.

Je vous aime, M.

Marthe
Crédit Photo : Marthe

Marthe - Further in Evil

Retrouvez notre chronique de « Further In Evil », sorti chez Southern Lord.

Partager.

Laissez une réponse